Avec la lenteur des nénuphars

elle s'approche, et te sourit

Là-bas il y avait un phare

On l'a démoli, comme on a démoli

ce qu'il y a de joli

Mais ce qu'il y a de joli, elle le porte encore

dans un coin de son corps

où ruisselle la pluie où se posent les nénuphars

et le vent du dehors

Dans un coin de son corps, il n'est pas encore

trop tard

Tu viens et ses yeux, à présent qu'il fait noir

t'accrochent, comme deux rubis

Tu lui racontes ton histoire

Elle recule doucement, elle ne veut pas savoir

ces choses pour lesquelles enfant...

Tu avais quitté la fête et puis fait ta mauvaise tête,

elle te dit en riant

une fois que la fenêtre est ouverte à quoi bon se rappeler le mal

elle te dit "Viens me voir"

Dans un coin de son corps, il n'est pas encore

trop tard

Une étoile chute sur le plancher, enveloppé par les nénuphars

tu t'arrêtes de danser

tu goûtes la fin de ton histoire qui n'en finit plus de commencer

te voilà marié

Viens plus près de son cœur, c'est l'heure,

n'attends pas qu'il soit

trop tard.

hiver 2017

Nénuphars.

© Rémi Constant, 2015-2019, tous droits réservés.