Accordons nos guitares,

non il n'est pas trop tard

pour s'accorder le temps accordéon

de se donner et de recevoir

 

Léon t'emmènera voir

le soleil au couchant

alors si tu peux accorde ton regard

quand le ciel passera du blanc au plein noir

 

Accord perdu, cordes tendues

à l'épaisseur d'un nombre

cette chanson est légère

il faut bien parfois se taire

face à l'étrangeté de l'ombre

malgré tout ce qui nous encombre

​​

Accordons nos guitares,

non il n'est pas trop tard

pour s'accorder le temps accordéon

de se pencher de chercher à bien voir

 

Demain on part à la foire

Léon voudra nous payer

de nombreux coups à boire et les guitares

finiront sans doute toutes désaccordées

 

Ton corps menu, roc éperdu

dont les glaces vont fondre

c'est déjà la fin de l'hiver

on pourra de nouveau se perdre

dans ces délices sans nombre,

auxquels la jeunesse succombe

 

 

Accordons nos guitares,

non il n'est pas trop tard

pas trop tard comme disait Léon hier

pour accorder notre désespoir

à la lumière,

infime lumière...

 

 

 

printemps deux mil seize

Accordons nos guitares.

© Rémi Constant, 2015-2019, tous droits réservés.